Base de données de campagne
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Temple maudit, partie 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edouard
Tireur délire
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 26/03/2017

MessageSujet: Temple maudit, partie 1   Jeu 7 Sep - 15:49

Fin de l'an 1716



Ils arrivèrent en début de matinée devant l'entrée du temple, creusée dans la paroi de la colline. Adolf repéra de suite différents bâtiments en forme de cône, qui étaient disséminés un peu partout en hauteur autour de l'entrée. Kiduba et lui allèrent explorer ces bâtiments ayant une forme des plus inhabituelles, pendant que le reste du groupe, guidés par le guide du Prince, allèrent installer le campement à une dizaine de minutes du temple. Ils n'y trouvèrent que des bâtiments en ruine, sans bijoux ou aucune valeur marchande. Ils trouvèrent cependant des statues de grande tailles, sculptées dans de la pierre, dans chacun de ces bâtiments. Etaient-ce des maisons ? Ou des lieux de recueillement aux dieux ? Ils n'en savaient rien, et sur un commun accord, décidèrent de retourner auprès du groupe afin de partager leurs observations.

Ils entrèrent dans le temple en début d'après-midi, et arrivèrent dans une 1ère salle contenant une vingtaine de sortes de caissons mortuaires sculptés dans la pierre, avec un couvercle autour. Une partie de la pièce était recouverte par un éboulement, et rendait l'accès impossible à ce reste de la salle, mais il n'était guère difficile de se douter que là-dessous étaient ensevelies d'autres tombes.
Adolf proposa de pousser le couvercle de ces caissons en pierre afin de voir ce qu'il se cachait dessous. Ils eurent de la peine, mais Adolf, puisant dans sa grande force qu'il aurait voulu économiser pour plus tard, poussa d'un coup le couvercle, qui tombe sur le sol dans un fracas assourdissant. Croyant distinguer une forme humaine dans le caisson et un très mauvais pressentiment le parcourant, il dégaina ses deux pistolets en un temps record (poussé par la peur), et les pointa dans sa direction. Kiduba, ne comprenant pas pourquoi il avait agit ainsi, mais étant des plus réactifs, avait déjà dégainé son katana et pointa la torche en direction du caisson en pierre. Un homme, ou ce qu'il en restait, était habillé de bandelettes blanches, un drôle de collier avec un symbole très inhabituel, et quelques armes dont certaines étaient joliment décorées. Ils sortirent celles-ci, et le Capitaine voulu prendre le collier, mais au moment de le toucher, sombra dans l'inconscience. Kiduba pris le collier par le bout de sa lame, et le mis dans un des sacs que Itzal lui tendait et brûlèrent ensuite le cadavre. Pendant ce temps, Fredrik fût chargé d'aller chercher les autres hommes restés au camp, afin de les aider à ouvrir chaque caisson mortuaire et brûler tous les cadavres.
Le Capitaine finit par revenir à lui quelques minutes plus tard, mais cria en voyant Alix qui était agenouillée près de lui, et recula sur ses fesses pour ensuite dégainer son épée. Il hurlait que ce n'était pas possible, que tout le monde était mort, que tous lui voulaient du mal.. s'ensuivit un court échange fer contre fer avec Kiduba, qui blessa le Capitaine à la jambe. Celui-ci sembla croire qu'on la lui avait coupée, car il hurlait son membre perdu... et couru en boîtant en direction de la sortie. Adolf pointa son fusil en visant la jambe du Capitaine, et fît feu. La balle aurait touché la jambe intacte de celui-ci, si Kiduba ne s'était pas chargé d'arrêter la balle avec son katana, en jetant un regard noir sur Adolf. Fredrik revenait avec Etienne et le reste du groupe, lorsqu'ils entendirent "ARRÊTEZ-LE" venant du fin fond du temple, et virent le Capitaine courir dans leur direction, comme s'il avait le Diable au cul. Etienne, très fidèle à Kiduba dont il avait reconnu la voix, se jeta sur lui, mais fût balayé comme un fétu de paille. Fredrik échoua aussi, pendant que les autres hommes les regardaient bouche bée, sans comprendre ce qu'il se passait. Il fallu que Kiduba se répète une deuxième fois en déboulant de l'entrée du temple, arme à la main, pour qu'ils commencèrent à lui courir après.
Ils coincèrent le Capitaine qui avait trouvé refuge dans un arbre, perché comme un chimpanzé, et renvoyèrent le reste de l'équipage, excepté Alix, Kiduba, Etienne et Adolf, pour aider Fredrik à ouvrir les tombes et immoler les corps, sans toucher aux colliers.
Impossible de le convaincre à descendre de son arbre, il continuait de divaguer sur l'impossibilité que Kiduba et Adolf soient vivants, ni même Alix qui se tenait à côté d'eux. le Capitaine menaça de faire feu s'ils ne partaient pas, et n'eût que le temps de dégainer son fusil, qu'un coup de feu se fit entendre et explosa son fusil en deux, chose qui failli le désarçonner de sa branche. Le Capitaine n'ayant plus aucune arme, Kiduba chargea Etienne et Alix de veiller sur lui, jusqu'à leur retour, et alla avec Adolf rejoindre les autres. Ils ouvrèrent les 19 autres tombes, et mirent feu à chacun des corps situés à l'intérieur, tout en récupérant les armes qu'ils entassèrent à l'entrée, et les colliers dans le sac d'Itzal.



La 2ème salle, qu'ils avaient rejoint par un long couloir, n'avait aucune autre porte que celle par laquelle ils étaient arrivés. Mais dans chaque coin de celle-ci, des dalles étaient détachées du reste du sol. Il n'en fallut pas long pour qu'ils comprennent qu'il s'agissait d'un mécanisme. Adolf, ayant un très mauvais souvenir des mécanismes dans des temples, proposa d'envoyer les hommes chercher des couvercles de tombes, afin de les mettre sur chacune de ses dalles pour représenter un peu plus d'un poids humain. Il ne tenait pas à finir comme deux de ses fusiliers, qui n'avaient pas pu se mettre à l'abri et avaient fini aplatis sous une plateforme tombée du plafond, de plusieurs dizaines de tonnes. Le dernier couvercle posé, ils retournèrent tous dans le couloir à l'abri des dangers, et un grincement se fît entendre, celui annonçant un mécanisme qui se mettait en marche... et le sol de la 2ème salle commença à descendre, lentement. Kiduba sauta sur celui-ci, suivit par Etienne, le Capitaine, Fredrik et Itzal. Adolf, pour sa part, jugea bon d'attendre que le mécanisme s'arrête et que tout danger soit écarté, avant de les rejoindre.
Malheureusement, le mécanisme semblait ancien, et le sol de la salle n'était pas descendu jusqu'en bas, car on pouvait voir un bout d'un couloir, à hauteur de cheville, mais qui ne pouvait pas laisser passer un homme adulte. Kiduba ordonna aux hommes en haut, de lancer des couvercles de tombes, pour essayer de faire descendre le plateau, chose qui finit par marcher, et Adolf les rejoignit, et planta une torche à l'entrée du couloir, dans un renfoncement dans le mur qui semblait avoir spécialement été creusé dans ce but.



Le couloir, fit remarquer Fredrik, ne semblait pas creusé à la main, mais plutôt de roche volcanique et le sol de lave durcie au fil du temps. Celui-ci amena sur une salle gigantesque, avec en face d'elle deux tunnels avec devant eux, un autel. Adolf eût un très mauvais pressentiment, et grâce à la faible lueur de sa torche, remarqua qu'une centaine de tombes semblables à celle d'avant, étaient dans cette salle... toutes ouvertes, et vides.


Ils avancèrent des plus doucements, sans faire le moindre bruit et réussirent à rejoindre l'autel et les deux tunnels sans avoir éveillé, ou réveillé, qui que ce soit. Adolf et un autre des officiers entendaient des bruits venant du couloir de gauche, qui montait sur une dizaine de mètres avant de ne plus être visible. Des bruits peu rassurant, lents, des frottements de métal sur le sol, et de voix chuchotant des choses incompréhensives. Il en fît part au Capitaine, qui semblait plus occupé à observer le reste de la salle et les symboles sur l'autel, pendant que Kiduba installait les tonneaux de poudre sur les grandes statues contre les murs de la salle.
Ils décidèrent de ne pas ouvrir l'autel avant d'avoir finit de visiter, et Kiduba, Alix, Fredrik et Itzal descendirent le tunnel de droite, qui semblait aussi creusé par la lave, de la lumière venait du fond de celui-ci, ainsi qu'une drôle d'odeur, que Friedrik identifia comme celle du souffre.
En haut, Adolf avait insisté pour que Kiduba lui laisse une grenade, et de ne pas être seul. C'est le Capitaine Damilo qui avait accepté de rester avec lui, connaissant sa tendance à décamper au moindre bruit suspect. En parlant de bruit suspect, ceux du tunnels de gauche se rapprochèrent de plus en plus, et Adolf finit par jeter une de ses torches dans le couloir, et vît des formes squelettiques mais humanoïdes, reculer de surprise. Mais ces formes n'avaient plus rien de vivantes aux yeux d'Adolf, qui alluma sa grenade, la posa à l'entrée du tunnel de gauche dans l'espoir de faire effondrer l'entrée, pris le Capitaine par le bras et le tira dans le couloir de droite en courant. Ils rejoignirent les autres, qui s'étaient arrêtés devant une rivière de lave, où des rochers dépassaient et pouvaient fournir un appui solide pour la traverser.. à condition de sauter juste et de ne pas perdre l'équilibre. On pouvait encore y voir les fondations d'un pont en pierre, qui avait dû finir par s'effondrer à cause de la chaleur de la lave, qui menait à un couloir. Adolf expliqua rapidement ce qu'ils avaient vu, et sauta comme un chevreuil de pierre en pierre, avant de rejoindre l'autre côté de la rivière de lave, et invita les autres à se dépêcher. Alix, Kiduba et le Capitaine Damilo n'eurent aucun problème pour traverser, contrairement aux deux nouveaux, Fredrik et Itzal, qui manquèrent de perdre chacun une jambe dans la fournaise. Adolf regarda Kiduba, et paria avec lui 10 pièces que ce qui descendait le couloir d'où ils venaient, ne pourraient pas sauter par-dessus la lave sur les pierres, pari qu'il accepta. Adolf resta donc dans le couloir, de façon à ne pas être vu depuis le couloir d'en face, mais de pouvoir voir son entrée. Des "créatures" squelettiques arrivèrent en bas de celui-ci, armes à la main, et rebroussèrent chemin en maugréa des paroles incompréhensibles. Ils remontèrent tous le tunnel, qui déboucha sur une trappe de pierre au-dessus de leur tête, qui leur prit une bonne dizaine de minutes à forcer avant de réussir à l'ouvrir. Ils sortirent et se retrouvèrent dans un des bâtiments en forme de cône, avec une des grandes statues que Kiduba/Adolf avaient vues, posée sur la trappe par laquelle ils venaient de sortir. D'un commun accord, ils allèrent fouiller tous les autres bâtiments-cônes en essayant de déplacer chaque statue pour trouver d'éventuelles autres entrées, et finirent par en trouver une, qui semblait selon Fredrik, aller en direction du 2ème tunnel de la grande salle, celui où Adolf avait entendu des bruits inquiétants... et ils remirent la statue dessus, et retournèrent auprès de leurs hommes postés à l'entrée du temple, qui furent des plus surpris à les voir arriver par ailleurs que l'entrée de celui-ci et manquèrent de leur tirer dessus, car la nuit était déjà tombée.


Ils retournèrent au campement, afin d'élaborer un plan pour retourner dans le temple, piller l'autel, et détruire les statues.. il n'y avait qu'à allumer la mèche, pour que toutes les statues explosent, et la salle avec. Mais dans la jungle qui les entouraient, le danger guettait et attendait le bon moment pour frapper...





Auteur inconnu, début de l'an 1717
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Temple maudit, partie 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» simple bilan partie a 1000 points contre un nain
» Musique du temple de classe Pandawa
» scenario et déroulement des partie
» [Nantes] Samedi 16 octobre au Temple du Jeu
» partie amicale OCTGN via Hamachi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pavillon Noir : dossiers de campagne :: Partie publique :: Eléments de scénario-
Sauter vers: